Dépendant ?

J’en m’en doutais un peu depuis quelques temps grâce à mon ex-partenaire qui m’a dit un jour…

je peux faire tout ce que je veux, tu ne seras  jamais satisfait

Force est de reconnaître qu’elle avait peut-être raison.
L’erreur au moment de la rupture (qu’elle a appelé faussement break) c’est de me juger « bipolaire ». J’ai passé plusieurs mois dans une impasse avec mon thérapeute (mes). Avec ma psychanalyste, je mets le droit sur le « problème ».

C’est sérieux et je m’attelle à faire quelque chose pour évoluer.

Le dépendant affectif a besoin de reconnaissance pour le travail qu’il effectue.
Alors, j’ai mal choisi mon métier (prof des écoles).

En même temps je découvre avec tristesse que j’ai peut-être confondu addiction avec amour.

Pour chacun de nous, notre avenir c’est reproduire le même schéma et donc le même échec (?). Pour ma part je souhaite évoluer.
Plutôt que de faire un copier-coller voici quelques liens sur le dépendant affectif 1 et 2.

Que vous soyez dépendant affectif ou pas, il faut savoir que la meilleure attitude face à un dépendant affectif n’est pas toujours de prendre vos distances, de le critiquer, de le juger ou pire de fuir, mais de savoir le gérer.

L’article complet ICI.